Histoire et patrimoine

HISTOIRE

En 1197, la paroisse de Grassac est rattachée au Prieuré de Beaulieu à Angoulême.

Au XIIIème siècle, les paroisses de Marthon, Feuillade, Souffrignac, Mainzac,

Charras, Saint-Germain-de-Montbron, Chazelles, Vouzan, Saint-Sauveur(Marthon) et

Pranzac dépendent de l’Archiprête de Grassac.

Le pape Clément VII détache la paroisse de l’abbaye de Bourgueil et la donne

à l’abbaye de Saint-Ausone d’Angoulême en 1529.

A cette époque, Grassac comporte deux fiefs et des villages:

-HORTE

Au XVème siècle, le fief d’Horte comporte un château situé en haut du bourg dans la forêt.

Il appartient à la famille de VASSOIGNE (Généalogie Famille de Vassoigne)

Béarn. Le couple a plusieurs enfants dont René qui épouse Marie Julie de Galard de Béarn

en 1715 à Claix et Marie Julie qui épouse Hélie François, marquis de Saint-Hermine ,

en 1709 à Angoulême.

Par mariage , le fief devient la propriété de la famille LAPLACE qui y fait construire un

château dans les années 1750. Abandonné à la Révolution, il tombe en ruine.

Les ruines actuelles sont celles d’un château datant d’une époque ultérieure.

20160215005 Ruines Horte_DxO

Après la seconde guerre mondiale, dans les années 1950 , ces ruines accueillent des fêtes

champêtres : Affiche FETE CHAMPETRE

LA BRECHINIE

Dépendant de la baronnie de Marthon, le fief de la Bréchinie appartient à la famille

de Vassoigne depuis le XIIIème siècle.

Le château actuel et sa chapelle sont construits au début du XVIIIème siècle par René de

Vassoigne, cité ci-dessus.

La chapelle est bénie le 26 novembre 1726 par l’archiprête de Grassac.

 

20160215007 Brechinie AV_DxO

Voir : Patrimoine de La Bréchinie

-LE VILLAGE DE L’HERMITE

Au XVIIIème siècle, deux familles nobles créent une activité verrière dans ce village.

Mais, sans l’appui du pouvoir, cette activité périclite et est remplacée par une

petite briqueterie qui produit des briques réfractaires jusqu’au début du XXème siècle.

LE VINGTIEME SIECLE

Pendant la seconde guerre mondiale, les maquisards de la Section Spéciale de Sabotage

se cantonnent dans la forêt d’Horte et participent notamment aux combats de Javerlhac

et d’Angoulême. Ils portent aussi assistance et hébergent, avec l’aide d’habitants de la

commune, aux combattants des armées alliées présents dans la région.

Le monument aux morts érigé au Chêne Vert perpétue le souvenir glorieux de la

Section Spéciale de Sabotage.

 

PATRIMOINE GRASSAC

Nota : Les registres de l’état civil des années 1793 à 2015 sont consultables en mairie dans le cadre de la réglementation en vigueur.